Santé du chat

05 mai 2016 Rédigé par Administrateur


La PIF ou péritonite infectieuse féline

Parmi les virus qui menacent la santé de nos amis félins, il en est un particulièrement dangereux, car il est mortel dans la plupart des cas: le coronavirus félin.
Le coronavirus félin est un virus qui se multiplie dans le tube digestif du chat. S'il peut provoquer une diarrhée chez les chatons, il se développe généralement sans induire aucun symptôme chez les chats adultes. Ces chats en bonne santé excrètent le virus dans leurs selles et leur salive. Mais la situation se complique lorsque ce virus se transforme en un virus mutant capable de se disséminer dans tout l'organisme et y provoquer de graves dysfonctionnements. Ce virus mutant est excrété par le chat via ses selles et sa salive mais aussi via ses urines et ses voies respiratoires. Il provoque chez les félidés une maladie très souvent mortelle appelée " péritonite infectieuse féline ".

Transmission de la maladie

Tous les chats peuvent être atteints de PIF, mais il semble que la maladie soit plus fréquente chez les animaux de 6 mois à 5 ans et chez les chats de plus de 14 ans. Le chat non protégé s'infecte en ingérant ou en inhalant le virus présent dans les selles d'animaux infectés. En effet, le virus peut demeurer 3 semaines dans le milieu extérieur en quantité suffisante pour infecter un chat. Un nettoyage avec des antiseptiques ou à l'eau de javel est nécessaire pour détruire le virus. La transmission directe entre chats par la salive est possible mais plus rare.

Une évolution souvent fatale

Lorsque le chat est infecté par un virus mutant, l'évolution de la maladie dépend du type de réponse immunitaire développé. Il existe une forme " sèche " de la maladie qui provoque des symptômes nerveux (faiblesse des postérieurs, paralysie, incoordination) et oculaires. Une seconde forme appelée " humide " induit une accumulation de liquides dans l'abdomen et/ou dans le thorax. Ces liquides provoquent un gonflement de l'abdomen et/ou des difficultés respiratoires. Dans les deux formes de la maladie, le chat souffre de fièvre, est abattu et anorexique. Lorsque la maladie est déclarée, elle évolue pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois et l'issue est presque toujours fatale.

Forme humide de la PIF avec épanchements liquidiens (dite PIF humide)

Il s'agit de la forme aiguë de la maladie, dans laquelle de nombreux vaisseaux sanguins sont gravement atteints et laissent échapper du liquide dans l'abdomen ou dans la cavité thoracique (poitrine). Lorsque les vaisseaux sanguins de l'abdomen sont affectés, le ventre du chat gonfle à cause de l’épanchement de liquide, que l’on appelle ascite. Lorsque les vaisseaux sanguins du thorax sont atteints, le liquide se répand dans la poitrine, empêchant les poumons de se gonfler ; le chat manifeste alors des difficultés à respirer.

Forme sèche de la PIF, sans épanchement (dite PIF sèche)

La forme sèche de la maladie est la plus chronique. Dans ce cas, le chat présente souvent des symptômes assez vagues ; il peut par exemple refuser sa nourriture, perdre du poids, ou son pelage peut devenir terne. De nombreux chats atteints de PIF sèche souffrent de jaunisse (ictère), laquelle se traduit par une coloration jaune de l'intérieur de la paupière. Si le nez du chat est de couleur pâle, vous remarquerez peut-être également qu’il devient jaune. Dans de nombreux cas, les signes de PIF sèche se manifestent au niveau des yeux : l'iris (la partie colorée de l'œil qui entoure la pupille) change de couleur, certaines parties pouvant paraître brunes.

Dépistage et traitement

La présence d'anticorps anti-coronavirus dans le sang n'indique pas si le chat est infecté par le coronavirus ou par une forme mutante responsable de PIF. D'autres examens sont donc nécessaires pour le diagnostic. Le traitement a pour but de retarder l'évolution de la maladie. Il consiste en l'administration d'anti-inflammatoires et d'antibiotiques. Le liquide qui s'accumule dans l'abdomen peut être ponctionné pour soulager le chat. Enfin, un médicament antiviral appelé " interferon " semble pouvoir combattre le virus dans certains cas.

Youtube | Chap.I Coronavirus félin

Youtube | Chap.II Signes cliniques

Youtube | III Méthodes de diagnostic

 


Les commentaires sont fermés.